Modélisation Quantique      Réunions passées


2018

Réunion du 22 mai 2018, ISC-PIF, 113 rue Nationale, 75013 Paris, à 14h.    
Michel Bitbol (Archives Husserl, Ecole Normale Supérieure, Paris)
"La mécanique quantique et le modèle des sciences humaines"
                                    transparents
Quel rapport peut-il y avoir entre une théorie physique et les sciences humaines ? En physique classique, il n'y en a aucun, sauf à soutenir une forme de réductionnisme. Dans le paradigme classique, il s'agit d'expliquer et de prédire les processus objectifs. Or, les sciences humaines exploitent la possibilité qu'a le sujet humain de comprendre ses semblables, c'est-à-dire de se figurer ce qu'il ferait à leur place ; et elles ont un déficit de prédictibilité. Les sciences classiques de la nature expliquent un milieu contemplé à distance, tandis que les sciences de l'homme tirent l'enseignement de notre participation à un mode de vie commun, de notre inséparabilité avec l'"objet" humain. Mais en physique quantique, les raisons de cette dichotomie disparaissent. Comme les sciences humaines, la physique quantique doit tenir compte de l'implication inanalysable des pratiques de connaissance dans le phénomène à connaître. Comme les sciences humaines, la physique quantique traite d'une situation où l'acte épistémique est coextensif à son domaine d'étude. Cette contrainte commune aboutit à des prescriptions méthodologiques partagées par les théories physiques les plus avancées et par les sciences humaines. Et les prescriptions méthodologiques débouchent à leur tour sur des formes de théorisation unifiées, alors même qu'il n'y a aucune raison d'identifier les objets des deux sciences, et qu'il n'y a pas forcément lieu de croire à la possibilité de réduire les unes aux autres.

Première réunion le 16 avril 2018, ISC-PIF, 113 rue Nationale, 75013 Paris, à 14h.    
Philippe Grangier (Institut d'Optique, Palaiseau)
"Contexts, Systems and Modalities: a new ontology for quantum mechanics"
                              transparents
Starting from the Einstein-Bohr debate, we propose a way [1] to make usual quantum mechanics compatible with physical realism, defined as the statement that the goal of physics is to study entities of the natural world, existing independently from any particular observer's perception, and obeying universal and intelligible rules. Rather than elaborating on the quantum formalism itself, we modify the quantum ontology, by requiring that physical properties are attributed jointly to the system, and to the context in which it is embedded. In combination with a quantization principle, this non-classical definition of physical reality sheds new light on counter-intuitive features of quantum mechanics such as the origin of probabilities, non-locality, and the quantum-classical boundary [2].
[1] Alexia Auffèves and Philippe Grangier, "Contexts, Systems and Modalities: a new ontology for quantum mechanics", Found. Phys. 46, 121 (2016); http://arxiv.org/abs/1409.2120
[2] Alexia Auffèves and Philippe Grangier, "Recovering the quantum formalism from physically realist axioms", Scientific Reports 7, 43365 (2017); http://www.nature.com/articles/srep43365.


mise à jour : 25 mai 2018